Carnet de voyage

Les chevaliers de la yourte ronde

Voilà déjà plus d’un mois que les quatre larrons vivent à la ferme de la Touche au cœur du pays Domfrontais où la vie est douce.

La Touche est à elle seule un petit îlot, un petit bourg où les voisins se rendent visite, s’entraident, troquent et se vouent à des affrontements sanglants au baby-foot, à la scoppa ou au Catan. Brutus et Amour y ont dégusté un délicieux foin entre quelques balades dans la forêt.

Confinement oblige, notre périple a derechef été soumis à un arrêt. Mais somme toute, ceci est tout naturel : la pause fait elle aussi partie de la musique. Nous en avons profité pour faire du woofing à la ferme. (Woofing : principe de voyage économe : vous êtes nourri et logé gratuitement contre de petites tâches au sein d’une exploitation agricole biologique) C’est tout benef, on s’en met plein la tête, les pupilles et les papilles en aidant aux tâches quotidiennes.


Côté ferme : changer les vaches de champ, boucler les veaux, leur donner du foin, entretenir le bocage, couper les haies, débroussailler, enlever le lierre, pailler les cultures du potager, semer, s’aimer!

Côté moulin : aménagement de l’atelier, nettoyage du silo, remplissage du silo avec le nouveau blé, préparation des paquets de farine pour l’ensachage.


Pendant notre temps libre, nous avons la chance de pouvoir aller cueillir de délicieux champignons que nous avons même pu aller vendre au marché pour payer la nouvelle ferrure de nos canassons.


Que retenir de cette expérience ?

Tout d’abord la gentillesse, la générosité, la joie de vivre et la patience d’Adèle et Tanguy qui à chaque instant nous apprennent de nouvelles choses sur leur mode de vie et sur l’agriculture bio. Leur manière de vivre et de voir le monde basée sur la partage et l’entraide est bien plus qu’inspirante!

L’importance de manger bio et local : le bio ce n’est pas seulement une affaire de bobo! On vous fait une petite piqure de rappel sur ses principes :

L’agriculture biologique est née d’une multitude d’initiatives d’agronomes, de médecins, d’agriculteurs et de consommateurs qui, dans les années 1920, ont généré de nouveaux courants de pensées reposant sur des principes éthiques et écologiques, et initié un mode alternatif de production agricole.

Le mode de production agricole est naturel et n’utilise aucun produit chimique de synthèse, comme les pesticides, les herbicides chimiques, les fertilisants artificiels ou les hormones de croissance, ni d’OGM. Il s’inscrit dans une vision globale de développement durable dans le respect de l’environnement, de la biodiversité et du bien-être animal. Le bio utilise des matières organiques naturelles recyclées et le principe de rotation des cultures.

Manger local, c’est retrouver un lien au temps, aux saisons, aux saveurs, c’est limiter au maximum les additifs alimentaires, colorants et autres éléments comme l’huile de palme!

On a goûté pour vous les produits locaux et on vous recommande 1000 fois de venir les déguster : la délicieuse farine de la Touche (en crêpes, raviolis, spaghettis, pain ou pizzas), le fromage Entrammes, le jus de pomme de Cécile (les vergers de beau soleil) et toujours le poiré Domfrontais. Bref, vous l’aurez compris, nous nous sommes régalés !


Ce lundi 30 novembre nous avons décidé de reprendre la route, de quitter ce bocage. Ce n’est pas sans tristesse que nous dirons au revoir à nos compagnons normands pour aller vers de nouveaux rivages ! Encore merci.

2 commentaires

  1. boutier marie jo et henri a dit :

    Bonjour a vous deux je vois que vous avancer dans votre périple à petits pas mais sûrement pensons bien à vous avec des souvenirs de votre passage au gite du pont prin amicalement Marie jo et Henri

    1. Coucou Marie Jo et Henri 🙂 et oui petit à petit l’oiseau fait son nid 🙂 merci pour votre soutien !!!

Laisser un commentaire