On en parle...

Le Publicateur Libre, publié le 09/12/2020

Ils ont quitté les côtes bretonnes, à Fréhel, le 11 septembre dernier pour rallier la Russie à pied, accompagné de leurs deux chevaux de bât, pour apporter de l’aide à des enfants orphelins en Russie.

Pour ce périple hors du commun, ils vont traverser, après la France, l’Italie, la Slovénie, la Hongrie, la Roumanie, la Moldavie, l’Ukraine, avant d’atteindre la terre des Tsars.

Un conte en fil rouge

Le 1er décembre, les deux jeunes baroudeurs, Grégoire et Kathleen, ont fait étape à l’aérodrome des Bruyères, à Couterne, après avoir laissé derrière eux le Mont-Saint-Michel.
Lui est d’origine russe, elle née d’une mère bretonne et d’un père irlandais, tous deux passionnés d’équitation et des contrées Slaves. Lui chevauche Amoer, elle Brutus, deux chevaux d’attelage nés en 2005 et 2003. Deux équidés qui renvoient à trois lointains ancêtres, dont un petit cheval bossu, petit cheval au physique ingrat mais au cœur d’or, le héros d’un conte célèbre en Russie.

Voyage utile

En préparant ce voyage, nous n’acceptions pas l’idée de le faire pour notre seul et unique bénéfice. Alors, nous avons décidé de soutenir l’association irlandaise To Children with love  pour venir en aide aux orphelins russes, expliquent-ils. Fervents admirateurs de l’univers de Peter Pan, nous avons décidé, comme lui et pour aider les enfants, d’endosser le costume du célèbre adversaire du Capitaine Crochet.

« Nous avons créé une cagnotte sur le site de l’association pour qu’au terme du voyage, tous les fonds récoltés servent à aider les enfants au quotidien« .

Un voyage utile et solidaire, relayé et tenu à jour sur leur site : lepetitchevalbossu.fr, qui les mènent « du phare Ouest au far East », selon leurs propos, jusqu’au bout de leur rêve.

Leur site détaille les préparatifs, l’équipement, les objectifs, les rencontres et coups de cœur, l’itinéraire jour par jour, une belle façon de partager leur aventure. Quant à leur manière de gérer la crise actuelle et ses interdictions, ils ont trouvé la parade.

« Nous sommes accueillis sur des sites référencés qui permettent l’accueil des chevaux, ou nous sommes hébergés chez l’habitant. Cela nous permet de pouvoir fournir une adresse de domicile à chaque fois et de rester dans la limite des distances autorisées ».

Ainsi, durant un mois, le duo et les chevaux ont été accueillis à la ferme de la Touche de Domfront en Poiraie, chez Adèle et Tanguy.

Une belle et noble aventure pour deux jeunes au grand cœur, à qui nous souhaitons un bon voyage.

Pour lire l’article, c’est par ici.

Laisser un commentaire