Nos coups de gueule

Logistique tout camion à Vierzon : non!

Voici une semaine déjà que nous sommes installés pour un temps chez Marie-Jo et Jean-Claude à la Casa Del Sol où nous « Woofons ». Le principe est simple : donner de son temps dans une ferme bio/organique en contrepartie du gîte et du couvert. L’activité tourne donc ici – vous l’aurez compris – essentiellement autour de l’écologie. Lorsque nous ne tapons pas le carton avec nos hôtes, c’est donc de questions environnementales dont nous nous préoccupons. L’un des sujets nous ayant choqué ici est l’installation d’une plateforme logistique à Vierzon. A l’heure où certaines personnes adaptent leur mode de vie à la détresse écologique que vit notre planète, il est regrettable de constater que celle-ci soit toujours parasitée par des personnes guidées seulement par l’appât du lucre.

En effet, nos hébergeurs nous ont mis au fait d’une affaire préoccupante : l’installation d’une plateforme logistique de 8 hectares dans les environs de Vierzon. Quésaco ? Il s’agit d’une structure composée d’un certain nombre de hangars pouvant accueillir plusieurs centaines de camions. Faisant fi de toutes les problématiques environnementales, les potentiels dirigeants de cette monstruosité – soutenus par une grande majorité d’élus locaux prêchant pourtant l’économie locale et circulaire – souhaitent sacrifier sur l’autel du capitalisme la préservation du cadre de vie des vierzonnais.

En effet, un tel projet aura pour conséquences d’augmenter considérablement le trafic de poids lourds (1 à la minute) déjà très important. Au delà de la pollution, les risques sur les vies humaines ainsi que les impacts négatifs sur les habitations et la vie des vierzonnais en général vont exploser.

Alors oui, « Vierzon la Rouge » – comme on la surnomme dans les environs car constituant un des bastions du mouvement ouvrier et social – est une ville sinistrée, touchée de plein fouet par les maux de notre temps : 12% de chômage, désert médical, exode rural, démographie négative, etc. Elle pourrait donc bénéficier de cette structure sur le plan économique de par la création de quelques emplois.

Il faut toutefois se poser les bonnes questions. Malgré cet apport totalement hypothétique de nouveaux emplois, devons-nous continuer à étoffer la liste des plaies de Vierzon énumérée ci-dessus et y rajouter une énième calamité, à savoir la destruction du cadre de vie des vierzonnais? Que nenni!

Face au refus du dialogue des élus locaux et à la détermination de ces quelques entrepreneurs, va-t-on assister à la naissance d’une nouvelle ZAD ? Aidez les berrichons à faire entendre raison à ces personnes en signant cette pétition.

Laisser un commentaire