On en parle...

France Bleu, publié le 30/04/2021

Ils sont jeunes et aiment l’aventure. Kathleen et Grégoire se sont lancés le défi de rejoindre Moscou… à cheval. Ils partagent avec France Bleu leur bonne humeur et leur soif de rencontres sur les chemins qui les mènent en Russie.

Encore une fois, la pandémie mondiale de la Covid-19 est passée par là. Kathleen travaille dans le commerce international à Moscou et son compagnon Grégoire est juriste au Turkménistan. En mars 2020, les frontières se ferment les unes après les autres et l’heure de retourner en France a sonné.

Avec leur retour en France, leur projet initial de parcourir l’Asie Centrale à cheval tombe à l’eau. Qu’à cela ne tienne, ils décident de modifier leur voyage. C’est décidé, ils vont rallier la Russie et Moscou en partant depuis chez les parents de Kathleen, en Bretagne. Le jeune couple se lance dans leur périple, le 11 septembre 2020. 6000 km de routes, de chemins et de sentiers les attendent pour atteindre le pays dont est originaire la famille de Grégoire.

Lors de leur étape en Isère, le département d’origine de Grégoire, la Rédactrice en chef adjointe à France Bleu Isère, Véronique Pueyo est partie à leur rencontre.  à lire aussi La chevauchée fantastique de Grégoire et Kathleen, de la Bretagne à Moscou, en passant par l’Isère

Quelques jours plus tard, Frédérique Le Teurnier et Denis Faroud reçoivent dans leur émission Une heure en France Kathleen et Grégoire qui  partagent avec les auditeurs de France Bleu leur belle aventure avec leurs compagnons de route, leurs chevaux Brutus et Amoer trouvés sur le Bon Coin.  à réécouter L’aventure extraordinaire de Kathleen et Grégoire

Les gens nous aident tellement que parfois on se dit, en fait, que ce n’est même plus une aventure parce qu’on a trop de confort par rapport à ce qu’on devrait faire – Kathleen

La solidarité et la générosité au-delà des frontières

Kathleen et Grégoire voyagent au rythme de Brutus et Amoer, par étape de 25 kilomètres par jour. À la mi-avril, ils ont quitté la Slovénie et parcourent désormais la campagne autrichienne. Depuis leur départ en septembre dernier, ils ont découvert des paysages différents, ont traversé des frontières. Les cultures et les langues sont différentes mais l’accueil qu’ils reçoivent est toujours le même, empreint de curiosité, de bienveillance, d’entraide et surtout d’amitié.

Les gens n’ont pas peur du Covid avec les chevaux, où que ce soit, surtout à la campagne. Les gens ne craignent pas ça du tout. Et on a aucune, pour l’instant, frontière qui nous est fermée. 

Grégoire et Amoer devant un panneau indiquant la direction de Ljubljana, la capitale de la Slovénie
Grégoire et Amoer devant un panneau indiquant la direction de Ljubljana, la capitale de la Slovénie – Page Facebook « Le petit cheval bossu »

Il est possible de les suivre en temps réel sur leur site Le petit cheval bossu.

Du camping sauvage à l’hébergement chez l’habitant

Le couple voyage léger pour ne pas fatiguer plus que de nécessaire leurs deux montures : deux duvets, une tente, quelques vêtements, une carte, une boussole. Mais parfois partir l’aventure a ses limites : « Il y a juste la machine à laver […] On est très limités en termes de vêtements puisque nos chevaux sont très peu chargés […] Donc c’est trois caleçons, trois culottes et trois paires de chaussettes. Donc c’est vrai que quand on arrive à faire une machine, c’est cool. »

Les bagages de Kathleen et Grégoire pour leur long périple à cheval jusqu'à Moscou
Les bagages de Kathleen et Grégoire pour leur long périple à cheval jusqu’à Moscou – Page Facebook « Le petit cheval bossu »

Kathleen et Grégoire le concèdent, ils ne campent pas tous les jours. Aux détours des chemins, ils rencontrent souvent des personnes qui leur proposent un abri, que ce soit un lit dans une chambre, un canapé, une caravane, une grange… pour ne pas qu’ils dorment dehors. Et bien évidemment, Brutus et Amoer ne sont pas oubliés.

Il nous a dit « restez chez moi, j’ai une caravane, le chauffage, un lit. Vous restez autant de temps que vous voulez. J’ai un champ pour les chevaux, du foin… – Kathleen

Kathleen et l'un des chevaux à côté d'une caravane où le couple va passer quelques jours
Kathleen et l’un des chevaux à côté d’une caravane où le couple va passer quelques jours – Page Facebook « Le petit cheval bossu »

Des belles rencontres

Que ce soit pour une nuit ou un séjour plus long, Kathleen et Grégoire font de belles rencontres. À chaque étape des inconnus vont vers eux, les invitent à partager leur vie quotidienne.

Nous, on arrive avec nos gros sabots et on leur offre rien, finalement. Mais eux, ils nous donnent tout – Grégoire

Le couple a de nombreuses histoires à raconter comme ce matin hivernal où les chevaux s’échappent, traversent une route très fréquentée et sont rattrapés in extremis par les propriétaires d’un haras ou bien encore les fêtes de Pâques célébrées dans une famille slovène.

Et quand on est partis, ils avaient les larmes aux yeux. On passait tout notre temps avec les petits enfants. En fait, on s’intègre vraiment à la vie de la famille – Kathleen

Grégoire et Kathleen et l'une des familles qui les accueille en Slovénie
Grégoire et Kathleen et l’une des familles qui les accueille en Slovénie – Page Facebook « Le petit cheval bossu »

Et l’aventure continue…

Actuellement, Kathleen et Grégoire sont en Autriche. La suite du voyage les amènera en Slovaquie, en Pologne. La suite est un peu plus floue car la Biélorussie et la Russie ont encore leurs frontières fermées. Une chose est sûre, c’est qu’ils doivent s’installer dans un pays au mois de septembre car les premières neiges arrivent et surtout, il faut qu’ils reprennent un travail.

Leur but est malgré tout de vivre en Russie, pays cher à Grégoire : « Je suis d’origine russe. Mes ancêtres ont fui la révolution Bolchévique en 1921, à pied, à travers l’Europe, en bateau, jusqu’en France. Et moi, je fais le chemin en sens inverse, à cheval, 100 ans plus tard. Le symbole est fort ! »

Kathleen et Grégoire devant le panneau du lieu-dit "La Russie", pays de destination du couple
Kathleen et Grégoire devant le panneau du lieu-dit « La Russie », pays de destination du couple – Page Facebook « Le petit cheval bossu »

Une aventure humaine mais aussi une œuvre caritative

Kathleen et Grégoire ont lancé depuis leur blog Le petit cheval bossu une cagnotte pour une association caritative irlandaise To Children With Love qui s’occupe d’orphelinats en Russie. Le but est de récolter au moins 5000 euros : « En préparant ce voyage, nous n’acceptions pas l’idée de le faire pour notre seul et unique bénéfice. Alors, nous avons décidé de soutenir l’association irlandaise To Children with Love pour venir en aide aux orphelins russes ».

Pour lire l’article c’est par ici.

Laisser un commentaire