Carnet de voyage

Un peu d’Amoer dans ce monde de Brutus, chapitre second

Nous arrivons chez Jana et Florian heureux de savoir que les chevaux pourront se reposer et nous, découvrir le monde des maraîchers.

Leur maison est un véritable petit coin de paradis : une grande longère rénovée par leurs soins, une grange, un jardin, un wagon réaménagé, un champ pour les moutons et une « hütte », toute petite maison en bois dans laquelle nous logerons.

Neudlhof c’est l’histoire de Flo et Franz. Florian, allemand de mère autrichienne, a un rêve depuis tout petit, avoir sa propre ferme. Un projet mûrement réfléchir quil met en œuvre en quittant l’Allemagne pour s’installer dans la région d’origine de sa mère. Il souhaite créer une AMAP.

Franz de son côté est passionné par la culture des légumes depuis tout jeune. Son père, fut l’un des plus grands fleuristes de la région pendant la guerre. Il possède de nombreuses serres « Glashäuser ». Paysagiste de formation, il crée sa petite entreprise de livraison de caisses de légumes à Vienne et aux alentours mais seul c’est compliqué.

Flo et Franz se rencontrent et c’est le coup de foudre professionnel, Neudlhof est lancé.

Le principe est simple : fournir des produits frais et biologiques via une agriculture solidaire.

La base du fonctionnement est la création d’une communauté comptant les agriculteurs et les bénéficiaires des récolte engagés pendant un an. La récolte est partagée entre tout le monde. Chaque part de la récolte est attribuée pour un prix annuel fixe, peu importe la quantité récoltée.

Cela permet aux agriculteurs de se consacrer à de bonnes pratiques agricoles indépendamment des contraintes du marché, et cultiver en fonction des besoins de la communauté sans être impactés financièrement par de mauvaises récoltes.

Nous serons les premiers woofers au sein de la ferme Neudlhof avec un troisième larron qui nous accompagne, Félix, viennois, comme les pâtisseries. Nous avons énormément appris sur l’agriculture solidaire avec Flo et Franz qui produisent et livrent des légumes et des herbes fraîchement récoltés et de saison, du pain maison et des œufs de poules élevées en plein air.

A présent lorsque nous mangeons une gousse d’ail nous comprenons la quantité de travail que nécessite sa production : pelleter, désherber, planter, récolter, laver, livrer, etc. Le tout sans chimie mais avec beaucoup d’amour. 39 types de tomates ! 🍅 😮 et des légumes que nous n’avions jamais vus auparavant.

Flo nous parle de Demeter et de l’agriculture en biodynamie.

Demeter est une marque de certification internationale fondée en 1932 pour les produits issus de l’agriculture biodynamique, inventée dans les années 1920 par l’occultiste autrichien Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie.
Dès 1924, des agriculteurs et agronomes allemands inquiets de constater des phénomènes de dégénérescence sur les plantes cultivées, des pertes de fécondité dans leurs troupeaux ou l’emploi de substances chimiques de synthèse, firent appel à Rudolf Steiner. Philosophe et scientifique d’origine autrichienne, il est connu comme le fondateur d’un mouvement pédagogique et de diverses initiatives dans les domaines culturel, social et thérapeutique.

L’agriculture biodynamique est une forme d’agriculture biologique à la fois holistique, régénérative et positive. C’est une agriculture holistique qui pose un nouveau regard sur la nature : elle considère la ferme et plus généralement la terre comme un organisme vivant. Elle favorise le développement de fermes plus autonomes et diversifiées. Elle prend également en compte, dans la mesure du possible, les cycles qui rythment la vie de la terre (cycles solaires et lunaires par exemple) pour optimiser les travaux agricoles et la qualité des produits (conservation notamment). La biodynamie s’appuie sur toute l’intelligence de la nature pour accompagner les plantes et des animaux vers un développement harmonieux. Plus tard en Slovaquie, nous ferons un court séjour chez Johann, agriculteur en biodynamie également.

Inspirés par le projet, on s’active, on bêche, on désherbe, on plante 800 plans de tomates, 500 plans de concombres, poivrons, radis, navet, choux, salades en tout genre. Nous travaillons beaucoup et apprenons énormément avec le sentiment agréable que nos chevaux font le plein d’énergie.

Brutus aura la chance de tester la technique Bowen pour les chevaux. (NDLR C’est une thérapie manuelle qui ne comporte qu’un nombre restreint de manipulations délicates mais précises. La technique Bowen est très récente. La stimulation de la guérison du corps par le corps et tout particulièrement via les muscles, les tendons et les nerfs.) On recommande, c’est assez impressionnant à voir. Après chaque manipulation, le cheval dispose de quelques minutes afin d’intégrer les changements dans son corps. On voit réellement le cheval cogiter. Merci encore mille fois à Steffi, Katia et Roman d’avoir pris soin de lui.

Après un week-end plein d’histoire à Vienne, au croisement des cultures européennes et balkaniques nous partirons frais comme des gardons pour de nouvelles aventures !

Laisser un commentaire